Texas 2012

Afficher l'album
Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album
Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album
Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album
Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album
Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album
Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album
Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album
Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album Afficher l'album


 
 Texas 2012 en 16 jours !!!!!!!!!!
_________________________
 
 
 
Bonjour à vous toutes et à tous,
 
Pour leur extrême gentillesse toute naturelle, merci Annie, merci Désirée.
 
- Pas facile de s’endormir, lorsque l’on sait que le lendemain après-midi, les routes du Texas vont vous accueillir en direction de San Antonio.
Pourquoi cette fébrilité !!! Ce n’est pas la première fois que je me rends au USA. Mais, jusqu’à présent, c’était dans un contexte touristique encadré. Autobus super luxueux avec guide et programme plus ou moins réglé par des professionnels, évidement fort sympathiques, mais qui quelque fois, étaient loin d’imaginer nos vraies envies. C’est à dire : voir notre Amérique à travers son histoire, sa culture et les lieux mythiques de sa musique.
 
Mais là,  tout change... Sous l’égide du HTPC, ce sont Françoise et Bernard Lavielle les dirigeants de l’Asso, grands connaisseurs du Texas, qui nous ont concocté et organisé ce périple. C’est à dire de nous faire connaître ce qu’ils ont déjà apprécié. Grace à eux, nous savons tous au fond de nous même le plaisir que nous allons avoir à sillonner le Texas à bord de nos grandes voitures Américaines.
 
Vendredi 4 Mai 2012
Nous nous retrouvons à l’Aéroport de Mérignac (Gironde) pour l’enregistrement et le passage en zone police. Et, c’est déjà le premier gag. J’entends l’agent du scanner, pratiquement hurler “ Il faut que ça n’arrive qu’à moi” Sur son écran, un révolver est apparu dans un de nos bagages. Le tapis est bloqué ... Tout le monde se regarde effaré ... et l’un de nos compagnons reconnaît son ceinturon Western avec une belle boucle qui est, vous l’avez deviné, ornée d’une belle sculpture de révolver Colt (taille réduite). Evidemment, notre ami est reparti sans sa jolie boucle.
 
Après un transit par Roissy “Charles de Gaulle” nous nous envolons pour un voyage sans histoire vers Houston. Etonnant, la police des frontières US a l’air plus décontracté que les années précédentes. Nous récupérons nos immenses “Dodge” dans la zone location voitures située à quelques miles de l’Aéroport. Pas de problème, il y a des navettes. Direction San Antonio, mais pas de bol, mon GPS se bloque et très vite, je ne sais plus où je me trouve. Merci à mon libraire de m’avoir vendu la dernière édition de la carte routière USA. Mais, ça ne suffit pas !!! Rouler au milieu d’une rocade d’au moins 6 voies avec des sorties qui partent dans tous les sens en regarder une carte, pas facile !  Je finis par me garer dans un parking de Sociétés. Mais nous y sommes seuls. Je vois enfin apparaître un vieux pickup qui pourrait être dans un musée. Le bonhomme qui tient le volant au milieu d’une tonne de canettes vides de bière, comprend mon gros soucis et décide de nous amener jusqu’à l’intersection de l’autoroute pour San Antonio. Que Dieu vienne en grâce à ce gars.
 
 
LulingTexasPhoto appartenant à Luling City
Je retrouve mes compagnons aux abords de Luling, qui en dehors d’être le pays du Melon, a un passé Western extraordinaire. On y savoure de délicieux tacots avant de repartir pour S.A. Ce soir là, à l’hôtel, vu l’heure tardive, on décide d’aller se coucher pour reprendre des forces.
 
Samedi 5 Mai 2012
Helotes TexasPhoto appartenant à Helotes City
Les choses sérieuses commencent. Départ pour Hélotes Texas pour la ‘très longue interminable’ Grande Parade où le Maïs est omniprésent. C’est génial. Nous nous trouvons au milieu d’une foule venue des bourgs alentours. Les chars, touchants de simplicité, se succèdent. On y voit même le chef de la police dans une voiture de sport. Puis, des politiciens qui se présentent aux élections locales se montrer en distribuant leurs cartes de visite avec de grands sourires. Incroyable, même le Swat de S.A, un mélange de GIGN et de Raid, parade avec son matériel. Impensable en France ! De vrais Cowboys, des écoliers en uniforme qui nous bombardent de bonbons et de cadeaux, etc., etc........... Et, sous le regard d’un jury dont le président, qui nous a remarqué avec notre banderole, n’hésite pas à venir tailler la bavette avec nous. Nous apprenons que Miss Hélotes sera élue dans la soirée.
 
 
Marquet SquarePhoto appartenant S.A City
Mais tout a une fin, et nous devons retourner à S.A pour y fêter El Cinco de Mayo qui n’est, entre parenthèse pas une date très glorieuse pour nous, puisque c’est pour y fêter la branlée magistrale qu’a donné l’armée Mexicaine aux Français le 5 Mai 1862.
 
Cette fête a lieu principalement dans le quartier Latino du  Market Square. Un nombre impressionnant d’échoppes de toutes sortes dans un mélange coloré et de senteurs extraordinaires. Une centaine de magasins de toutes sortes. Par exemple de poteries aux milles couleurs, de tongs bariolées avec des strass, du cuir (de la selle  Mexicaine ou Californienne aux bijoux).
 On y mange pratiquement que Mexicain. Maïs grillé, cuisses de dinde cuites au four, patates chaudes au four (Baked potatoes, le régal de mon épouse) avec des sauces de toutes sortes, bières locales et l'Agua limon (baptisée ici à la française : limonade) dans une ambiance très musicale et très sombréro. Les amateurs de vêtements très voyants sont servis.
Cornyval HelotesPhoto appartenant à Cornyval
Mais nous devons retourner à Hélotes pour le Cornyval. Le Rodéo, les concerts de Country Music, les attractions de toutes sortes nous y attendent pour 2 jours et une nuit.
 
Imaginez une immense aire de jeux de toutes sortes. Grandes Roues, Manèges, étals de produits locaux et deux scènes où se produisent au moment ou nous arrivons “Cher’ La-Bas” un groupe Cajun et “Bittersweet Band” plutôt Country Rock avec lequel nous dansons quelques chorées. Ce groupe très sympa nous incite à continuer, mais nous devons nous rendre au Rodéo.
 
Rodéo HélotesPhoto appartenant à Cornyval
J’en ai vu des rodéos, mais celui-ci restera gravé dans ma mémoire à tout jamais. Premièrement, il est authentique. Ce qui veut dire que ce n’est pas un Rodéo/spectacle. Jusqu’aux gamins, qui ne sont pas en reste, pour arriver à tenir 8 secondes sur des moutons excités. Mais surtout, c’est la première fois que je vois de mes propres yeux des Américains communier avec une telle ferveur avec son drapeau “ le Stars And Stripes” lorsque, à la fin de la manifestation, l’armée en extérieur des USA a été mise à l’honneur. Il faut vraiment être sur place pour vraiment comprendre le patriotisme de ces gens là.
 
Petite anecdote !!! L’année dernière, pendant tout le Festival, un faux Policier habillé en  Rangers s’était baladé pour y faire la police dans l’enceinte de la manifestation. Aux dires de la population et de l’organisation, il avait été très bon dans son job. Mais les vrais Rangers n’ont pas apprécié et il s’est retrouvé derrière les barreaux.
 
Après ce moment émouvant, direction les concerts. Ceux qui disent qu’on ne danse pas sur de la Country Music aux US devraient aller faire un tour dans les fêtes de l’Amérique profonde.  Ce soir, ce sont les “The Outsiders” avec Jake Hooker et son génial Country Man de père Tommy Hooker, qui vont nous tenir en haleine.                                                                                      
C’est une soirée festive et très dansante. C’est impressionnant de voir que toutes les tranches d’âge sont là. A titre perso, je me régale car c’est de la Country Music traditionnelle.
Tous les meilleurs morceaux se succèdent. Jake s’est adjoint le concours de deux violonistes qui donnent ce son si particulier à la musique des Hooker. Le Texas est vraiment un sacré vivier d’artistes de Country Music. C’est une soirée invraisemblable de bonheur.
 
Imaginez vous ce que nous avons déjà vécu en 2 jours sur 16 !!! J’ai l’impression d’être dans un tourbillon !!! Pourtant, maintenant, j’en suis convaincu, ce n’est pas un rêve, je suis vraiment au Texas, le vrai !!!
 
A bientôt,
 
Cordialement,
 
Bob.



 
 
  
A Pierre-Jean, mon voisin communiant du Dimanche 06, Mission San José.
 
Lundi 07 Mai
 
Bonjour à vous toutes et à tous,
 
 
San Antonio Riverwalk Propriété de S.A City
 
Aujourd’hui, petite visite champêtre à la partie “Venise de S.A”. The Riverwalk !!! Je parle de ces petits canaux que très intelligemment, la ville a érigé à partir d’un bras de la rivière San Antonio. Ceci nous permettra, à bord d’une belle barge, de connaître certains quartiers en faisant une intéressante ballade nautique. C’est vraiment sympathique de voir les habitants de la ville flâner sur les bords du canal, ou de s’arrêter devant ces innombrables bars, pour prendre un rafraîchissement, car je peux vous dire qu’il fait très chaud.
J’ai noté que notre charmant accompagnateur n’a toujours pas la version française de sa présentation guidée.  Mais très honnêtement, on est tellement impressionné par la beauté des paysages qui se succèdent qu’on l’écoute à peine.
 
“Fort Alamo” n’est pas loin. Pas besoin de prendre nos voitures.
 
El Alamo
 
El Alamo !!!
Pour l’adolescent que j’étais, Alamo était un concentré de prouesses réalisées par des héros. En fait, je pensais surtout à Davy Crocket. En Algérie, la chanson sur Crocket passait en boucle à la radio. Pourquoi me direz vous ! Tout simplement, parce que le film “Davy Crockett, le Roi des trappeurs” était passé en 1956 à Alger, et que l’on dirait maintenant qu’il avait fait le buzz. Voir le lien et le récit de l’un de mes compatriotes. http://esmma.free.fr/mde4/davycrockett.htm
 
J’ai l’impression (cela n’engage que moi) que l’on veut pour des raisons de “politiquement correct” atténuer l’effet Alamo. Par exemple, il y a encore 2 ans, les Rangers, à l’entrée du site nous demandaient de retirer, par respect pour le lieu, nos couvre-chefs. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il me semble que la partie historique, (films et documentaires) a été privatisée, et se trouve maintenant en dehors du site de Alamo. Vous ne trouverez plus le mot Fort dans l’appellation du lieu. On raconte les faits, sans trop faire ressortir la partie politique. Ceci dit, lorsque l’on gratte la vraie histoire de Fort Alamo, on se trouve bien loin des films tournés à la gloire des héros. En fait, comme toujours, l’histoire a été écrite par les vainqueurs.
 
Petit rappel historique succinct.
Si le siège a duré 1 semaine, l’attaque du fort aura duré à peine 2h...  90 minutes disent les spécialistes. C’est la présence de personnages à forte personnalité qui ont prêté à des mythes et légendes, qui se sont perpétués jusqu'à nos jours.
 
Alamo, une mission parmi beaucoup d’autres au Texas, s’appelait en réalité San Antonio de Valéro, avait été abandonné. Les Indiens indigènes n’ayant pas répondu favorablement à l’appel de la chrétienté, loin sans faut. C’est une compagnie de soldats Espagnols vers 1800, qui la rebaptisa Alamo, du nom de leur garnison d’origine.
 
Pourquoi Santa Anna s’est acharné sur Alamo, au lieu de faire un léger détour et d’attaquer directement l’armée indépendantiste située plus au nord qui n’était pas du tout prête et que le Général Mexicain aurait balayé rapidement. Mais là encore, orgueil, quand tu nous tiens...
 
Quelques années auparavant, sur ce site, une compagnie de soldats Mexicains dirigé par un officier de la famille de Santa Anna, s’était pris la pâtée.
Santa Anna, en ayant fait une affaire personnelle, a mal pris cet affront. Il a donc décidé de venger l’honneur de son parent. Vous connaîssez la suite. Il a détruit inutilement Alamo. Mais, il a surtout perdu du temps. L’armée Texane s’est reconstituée, et Santa Anna s’en est retourné au Mexique. Sauf que plus tard, l’Amérique dans laquelle le Texas indépendant s’est rangé, n’ayant pas digéré le massacre de Alamo, déclarera la guerre au Mexique. Ce qui vaudra à Santa Anna d’être destitué. Et, au Mexique de perdre encore un peu plus de territoire. Le Rio Grandé devenant la nouvelle frontière. Mais tout ceci est une farce, puisque, en réalité, le Président Américain veut tout simplement annexer toutes les provinces Mexicaines de l’Ouest : Californie, Nouveau Mexique... pour cette “”Destinée Finale”” si chère aux gouvernements Américain de l’époque.
 
Mais par honnêteté, Il faut quand même rappeler que le Texas était une province du Mexique. Qu’une immigration importante venant de l’Est, quelque fois pour des raisons inavouables, s’installera. Mais qui au fil du temps ne respectera pas les contrats les liant au gouvernement Mexicain. Par exemple, l’interdiction totale de l’esclavage, l’installation sauvage sur des terres vierges et l’entrée illégale sur le territoire...
De plus, presque tous ces personnalités devenus plus tard des héros, étaient au Texas, pour des raisons bien personnelles.  Par exemple, Davy Crocket s’était fait virer de la chambre des Députés à Washington, Houston et les autres, plus ou moins recherchés par la justice Américaine, voyaient en le Texas une virginité retrouvée.
La population Mexicaine devenant minoritaire, les conflits finirent par devenir inévitable.
 
 
Boerme 1900Propriété de Boerme 1900 City
 
On retourne à l’hôtel vite fait, puis direction Boerme, notre prochaine étape.
 
Billy's Western Wear Propriété du Billy’s Western Wear
 
Mais, nous faisons un arrêt à Billy’s Westren Wear à Kerville. Non, ce n’est pas un Saloon, mais un superbe et grand Western Country Clothes. Evidemment grandiose. j’y trouve le tour de chapeau que j’espérais et ma femme son magnifique sac Western. Nos amis, eux aussi s’en donnent à cœur joie. Ce ne sera pas le seul magasin dans lequel le personnel, nous dira au revoir, très satisfait de notre visite.
 
Nelson City Dance HallPropriété du Nelson City Dance Hall
 
Ce soir, souper dansant au Nelson City Dance Hall, j’ignorais que nous allions être les artistes programmés de la soirée. Encore un endroit comme tout Westerner qui se respecte aimerait y dîner. Mais, nous ! c’est ce que nous allons faire ! Hé, Hé !
 Monday May 7 - Gary Glenn & the 20x Band .....8 pm No Cover Come Give A Big Texas Welcome to the Honky Tonk Pessac Club From France.... (Line Dance Club )
 
Ci-dessus une ligne de l’agenda du Saloon. J’étais loin de m’imaginer la soirée d’enfer que nous allions encore passer.
 
 
En plus du groupe, le propriétaire du Honky Tonk s’est mis à nous faire aussi une démonstration de Country Music. Que voulez vous que je vous dise ! Non seulement de bien nous recevoir, les responsables de cet établissement sont d’une sympathie communicative. Je n’ai pas les yeux assez grands pour tout voir.
Je finis par vraiment comprendre que la soirée nous est complètement dédiée, quand je vois arriver un magnifique Cowboy. Je reconnais l’artiste de Country “Dustin Lowe” (qui avait été invité par le HTPC, il y a 2 ans je crois, et qui avait remué la salle de concert, vous pouvez me croire).
Nous sommes tous heureux de nous retrouver. Et, contre toute attente, Dustin se mêle au groupe pour un show exceptionnel de spontanéité. 
Gary Glenn et son Band ont vraiment mis le feu à la soirée. Et pas qu’au figuré, puisque un artifice judicieux permet de faire un rideau de flammes quand un chanteur monte sur le comptoir. C’est vraiment beau à voir.
 
Pour récapituler, nous avons eu le staff du Honky Tonk, leurs  familles, Garry Glenn et Dustin Lowe pour une soirée ou nous devions seulement dîner.
C’est vrai qu’en une phrase, on peut tout dire !!!  Mais maintenant, fermez les yeux, et imaginez l’ambiance du Honky Tonk...
 
A une heure tardive, quand il a fallu nous quitter, je peux vous assurer que nous avions tous une larme à l’œil. Nous avons du mettre au moins une heure pour dire au revoir aux propriétaires du Honky Tonk
 
Très cordialement,
 
Bob



 
 
Mardi 8 Mai 2012
 
Bonjour à vous toutes et à tous,
 
Que c’est bon de se lever un peu plus tard. Nous Quittons S.A avec regrets pour prendre la route de Fredericksburg.
 
Frederickburg
 
Pas de bol, on y arrive sous la pluie. Normal, c’est le temps qui doit faire en Allemagne. Vous avez deviné d’où venaient les émigrés qui se sont installés dans la région.
C’est une ville, qui grâce à ses vignobles, est devenue prospère. La région, le Texas Hill Country, est magnifique.
 
Lorsque nous remontons la rue principale, nous sommes frappés par un certain anachronisme. Un mélange de bâtiments de style néoclassique (d’après un ami) et de bâtisses de l’époque de la conquête de l’Ouest. C’est une succession d’un mix de magasins dédiés aux touristes, et de boutiques pour les habitants du Bourg. Vu les vêtements en vitrine, Il est clair que les gens de Frederickburg se moquent de la dernière mode. Ce bourg a, contrairement à d’autres cités, un vrai centre ville.
La petite curiosité !!! vous aurez la chance de goûter gratuitement à toutes sortes de confitures.... si vous trouvez l’échoppe.
Deux magasins dédiés aux travailleurs des Ranchs alentours sont vraiment intéressants par leurs prix, et surtout par la diversité des affaires.
 
Pour plaisanter !!! Je ne connais pas la pluviométrie réelle de la région, mais si les premiers immigrés allemands arrivés dans la région souhaitaient retrouver le climat de leur pays d’origine, les gars étaient fort , c’est réussi. Ceci dit, ce mélange de culture est vraiment intéressant à voir. 
 
Il faut aussi rajouter que Frederickburg a un autre atout, c’est que le fameux hangar dit de “Luckenbach” est sur sa commune. Bien que pour des raisons historiques qui se sont perdues au fil du temps, le lieu-dit Luckenbach est autonome. D’ailleurs, nous nous y rendons !!!
 
Luckenbach Propriété de Luckenbach
 
Ce n’est pas la première fois que je me rends sur ce haut lieu historique de la Country Music. C’est d’ailleurs généralement un problème pour les touristes... Tiens donc, pourquoi ? Et bien les panneaux indicateurs pour Luckenbach sont volés par des gens en manque de souvenirs.
 
Avant la Country Music, Luckenbach était une vraie petite ville pionnière. Les dates, que je vais vous indiquer, sont sujettes à caution. Suivant les archives, nous avons des références différentes. Déjà avec sa création : 1847, 1848, 1849 et 1886. Vous pouvez choisir, car en fin de compte, vous aurez toujours raison. Ce lieu a connu plusieurs appellations dont la première : Gilespie CountryI, pour en faire un grand magasin avec relais postal, principalement pour les immigrés allemands. Ce relais faisait aussi du commerce avec les indiens. C’est un des rares endroits de l’Ouest où les Indiens indigènes n’ont jamais eu de soucis sur les traités officiels avec les autorités locales.
Puis ensuite : Raisin Creek pour finalement prendre le Nom de Luckenbach emprunté à Carl Albert Luckenbach. Mais vous raconter le pourquoi, me demanderait 10 pages, qui commencerait par... C’est l’histoire du fiancé de Minna .....................
 
Luckenbach a connu des drôles de moments, comme parait-il les premiers avions à avoir décollé. C’est la période Country Music qui permet à ce lieu de rester connu.
Beaucoup, beaucoup de monde vient à Luckenbach. C’est un lieu de rencontres de motards, de Westerners, d’amateurs de Country et curieusement de pique-niqueurs, grâce à la rivière qui jouxte l’endroit.
Bref, on y vit !!!
 
Il reste maintenant, un bâtiment en bois (de style relais de diligences) qui vend tout ce que vous pouvez imaginer à la gloire de Luckenbah.
Si vous y faites un tour, profitez en pour vous assoir sur un des bancs, de regarder autour de vous et d’imaginer tout ce qui a pu se passer, il y a peine + – 130 ans.
 
Le temple de la Country, popularisé par Willie Nelson, qui n’y avait jamais mis les pieds avant de créer avec Waylon Jenning, la chanson “Luckenbach Texas”, se trouve à proximité. Petit conseil... lorsque vous arriverez pour la première fois, allez directement dans le Hangar, mettez-vous au centre, et en regardant la scène, de nouveau imaginez tous, je dis bien, tous les grands artistes de Country Music” qui se sont succédés dans cet endroit au milieu de nulle part. Il est inutile que je vous en dise davantage.
Le sol à l’extérieur est pavé de briques gravées du nom de tous les chanteurs qui y passent. On est presque gêné de marcher dessus, tant ces noms sont prestigieux.
 
Pour info, en dehors des concerts, les visites sont entièrement gratuites. Un pourboire, si vous êtes correct envers l’artiste qui se trouvera à l’intérieur.
 
Nous devons quitter Luckenbach ... Pas facile !
 
Nous nous rendons à Burnet (Hôtel) pour repartir pour le “River City Grille” à Marbles Falls.
 
River City Grille
 
Ce Saloon, qui se veut être un Honky Tonk, est sympathique. Seul regret !  Du fait que la salle du restaurant est à part du bar, nous avons entendu Mike Blakely sans pouvoir l’apprécier vraiment.
 
Mike Blakely
 
Donc pas facile pour moi de vous en parler. Je vais donc donner la parole à Nash Justin, un de mes correspondants au Texas.
“” D’après lui, Mike serait un des derniers vrais chanteurs de Country. Il écrit lui même ses chansons. Cet ancien militaire, devenu journaliste puis écrivain, serait un troubadour”
 
Nous sortons de table, pour nous précipiter vers la salle du bar qui est déjà bien rempli. 
C’est au tour de Owen Temple de prendre le relais. Franchement je le découvre.
 
 Owen Temple
 
Owen Temple semble être un artiste qui se veut proche des gens. On l’imagine mal devant un nombreux public.
Honnêtement, il nous fait un agréable récital acoustique. Bien que difficilement audible, à cause d’un brouhaha que l’ont pourrait croire désagréable, mais qui est en fait la preuve de vie de cet endroit.
 
Il me rappelle Hugues Auffray. Sans doute, son jeu de guitare Folk.
 
Il se fait tard, il nous faut rentrer, car demain, il y a de la route !
 
Très cordialement,
 
Bob

Date de dernière mise à jour : 10/06/2012

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×